L’ensemble de nos prestations

Des prestations assurés par des professionnels de la santé et du domaine de la procréation médicalement assistée 

LE SPERMOGRAMME ET LE SPERMOCYTOGRAMME

Le Spermogramme et le spermocytogramme

    Le spermogramme et le spermocytogramme sont des analyses de référence effectuées lors du bilan d’infertilité d’un couple.

Il mesure avec précision des paramètres comme le nombre de spermatozoïdes, la motilité des spermatozoïdes, la taille et la forme des spermatozoïdes, le volume et le PH du sperme, ainsi que le dosage de certaines substances normalement présentées. Le spermogramme et le spermocytogramme doivent être effectués après une période d’abstinence. Le patient doit se présenter à la clinique après une abstinence de trois à cinq jours sans relations sexuelles, lors du prélèvement de l’échantillon un protocole d’hygiène rigoureux doit être respecté par le patient afin d’éviter toute contamination microbienne externe.

Ensuite une fois en possession du résultat le spécialiste pourra entre autres déterminer si le patient présente une azoospermie, un défaut de mobilité des spermatozoïdes, une anomalie de la forme de la tête, faisant que les spermatozoïdes éprouveront des difficultés à franchir les enveloppes entourant l’ovocyte…

L’intérêt de faire un spermogramme réside aussi dans la mise en évidence d’une infection génitale ou dans la présence d’une pathologie des glandes annexes (la prostate, les vésicules séminales, glande de Couper…)

La lecture du spermocytogramme s’effectue sur 100 spermatozoïdes, qui ont été fixés puis colorés sur une lame et on déterminera le pourcentage de spermatozoïdes typiques et atypiques.

Afin de confirmer l’analyse du spermogramme, il est recommandé de réaliser au minimum un contrôle (c’est-à-dire un deuxième spermogramme) espacé de 74 jours. Cette durée correspond au cycle complet de la spermatogenèse. Ainsi sera-t-il possible de déterminer ce qui relève d’anomalies systémiques et ce qui découle d’anomalies ponctuelles (maladie passagère, fièvre, stress, fatigue).

D’autres examens peuvent compléter le spermogramme si le médecin le juge nécessaire tel que le Test de migration-survie des spermatozoïdes.

Le test post-coïtal

Le test post-coïtal

Le test post coïtal (TPC) consiste à rechercher des spermatozoïdes mobiles dans le prélèvement de glaire cervicale réalisée généralement 6 à 12 heures après un rapport sexuel non protégé ayant eu lieu pendant la période pré-ovulatoire. Il consiste à prélever un peu de mucus cervical.

Le test est considéré comme positif si la glaire est abondante, transparente et si les spermatozoïdes observés sont nombreux et mobiles-progressifs. Un tel résultat est rassurant car rien ne semble s’opposer à l’entrée des spermatozoïdes dans l’utérus. À l’inverse, le test est jugé négatif si les spermatozoïdes sont absents ou immobiles.

Lorsqu’une glaire est de mauvaise qualité, elle est peu favorable au déplacement des spermatozoïdes est à l’origine d’un test négatif, un nouvel examen peut être demandé au cours d’un cycle ultérieur.

Le caryotype

Le caryotype

Le caryotype est l’étude des chromosomes dans une cellule (nombre, arrangement) Les chromosomes sont photographiés et disposés selon un format standard : par paires et classés par tailles. On réalise des caryotypes dans le but de détecter des aberrations chromosomiques. Cet examen peut être pratiqué à partir d’un échantillon (prélèvement sanguin, liquide amniotique …) chez un enfant ou un adulte.

Test de migration et de survie

Test de migration et de survie

Le test de migration et de survie (TMS) permet d’améliorer la mobilité et la concentration des spermatozoïdes.

Recherche des anticorps anti spermatozoides dans le sperme ou Mar-test

Recherche des anticorps anti spermatozoïdes dans le sperme ou MAR-test

MAR test (Mixed Anti-globulin Reaction) est un test qualitatif de détection d’anticorps anti-spermatozoïdes, ces anticorps sont responsables d’agglutinats dans le sperme, d’asthénospermie ainsi que d’un test post-coïtal négatif, renvoyant vers une cause immunologique, le MAR test permet de guider notre traitement de l’infertilité masculine.

Bilan hormonal

Bilan hormonal

Un ensemble d’examens visant à explorer le système endocrinien féminin dans le cadre d’une infertilité. Le bilan hormonal correspond en pratique à des prises de sang effectuées généralement à des moments précis du cycle. Il fait partie du bilan d’infertilité du couple ainsi que du bilan de contrôle lors de la stimulation ovarienne.

l’échographie endovaginale

L’échographie endovaginale

L’échographie endovaginale (EEV) est un examen de première intention dans le bilan d´une infertilité féminine. Elle permet une évaluation de la cavité utérine à la recherche d´anomalie responsable du trouble de la fertilité et aussi de mettre en évidence des lésions pouvant entraîner des échecs de transfert ou d´implantation, ainsi que le comptage folliculaire.

L’examen est réalisé en 1ère partie du cycle (juste après le début des règles, idéalement le 2ème ou le 3ème jour).

La patiente est installée en position gynécologique, et la sonde endo-vaginale est recouverte d’un préservatif contenant du gel d’échographie avant d’être introduite.

 

Une allergie au Latex doit être signalé.

HYSTEROSONOGRAPHIE

Hysterosonographie

Aussi appelée Echo-sono-graphie, cet examen consiste à injecter du sérum physiologique stérile à l’intérieur de l’utérus permettant de mettre en évidence une éventuelle formation développée dans la cavité utérine (polype, fibrome…) et d’étudier l’endomètre.

Il se réalise en 1ère partie du cycle (juste après la fin des règles, idéalement entre le 8ème jour et 12ème).

La patiente est installée en position gynécologique sur la table d’examen,

Un spéculum est posé pour exposer le col qui est nettoyé. Le médecin va mettre en place un petit cathéter à usage unique en plastique souple à travers le col. Le cathéter est relié à une seringue remplie de sérum physiologique stérile. Le spéculum est ensuite enlevé et la sonde d’échographie endo-vaginale est mise en place. Sous contrôle échographique, le médecin va lentement injection quelques ml de sérum physiologique.

Un petit inconfort au niveau de la partie inférieure de l’abdomen est possible mais celui-ci devrait disparaitre lors des prochaines heures, la patiente peut demander au médecin de lui prescrire un antalgique pour la soulager.

La vessie doit être vide ou semi-vide.

l’hysteroscopie

Hysteroscopie

L’hystéroscopie diagnostique est l’examen qui apporte le plus de renseignements à propos de la cavité utérine dans le cadre de l’exploration des infertilités.

Elle permet aussi d’apprécier le col, sa direction, son angulation et l’accès à la cavité utérine ; cela est important lorsque certaines inséminations n’ont pu être réalisées ou ont été anormalement douloureuses.

Il se réalise en 1ère partie du cycle (juste après la fin des règles, idéalement entre le 8ème jour et 12ème).

La patiente est installée en position gynécologique, puis un tout petit endoscope très fin va être introduit et permettre de regarder l’intérieur du col puis de la cavité utérine.

Les suites de l’hystéroscopie sont en général indolores, parfois un très léger saignement peut survenir pendant quelques heures.

congelation_sperme

CRYOCONGELATION DU SPERME

Cryocongélation du sperme

La congélation du sperme est une technique de préservation de la fertilité masculine, elle consiste en la congélation et le stockage des échantillons du sperme pour les utiliser ultérieurement

Pour que l’échantillon soit de la meilleure qualité possible, le patient devra observer une période d’abstinence de 2 à 3 jours, ensuite le jour du rendez-vous l’échantillon sera prélevé par le patient dans une de nos salles de prélèvement en respectant les précautions d’hygiène nécessaires afin d’éviter toute contamination microbienne.

Le flacon sera remis au laboratoire d’andrologie du centre qui analysera l’échantillon est déterminera si celui-ci est d’une qualité suffisante pour être congelé.

Le sperme sera ensuite traité par un agent Cryo-protecteur puis congelé dans des vapeurs d’Azote.

Le sperme pourra alors être conservé pendant plusieurs années, identifié par un code barre, jusqu’à son utilisation pour une prochaine tentative.  

Lors du rendez-vous au centre de fertilité, un consentement précisant les modalités de la conservation du sperme devra être signé par le patient, aussi il lui sera demandé d’effectuer des examens sérologiques au préalable (Hépatite B, Hépatite C, VIH, Syphilis).

 

VITRIFICATION DES OVOCYTES

Vitrification des ovocytes

La vitrification des ovocytes est une technique de préservation de la fertilité féminine, elle permet une cryoconservation des ovocytes par le passage dans l’azote liquide (-196 ℃) puis ceux-ci y sont étiquetés par un code barre et stockés.

 

vitrification-ovocytaire

Vitrification des embryons

Vitrification des embryons

La vitrification des embryons est une cryoconservation ultrarapide des embryons par l’Azote liquide. Elle est réalisée en cas de présence d’embryons surnuméraires obtenus après la stimulation ovarienne puis la ponction folliculaire ou en cas de report du transfert dû à la survenue d’un obstacle médical.

ttos_fragmentacion_DNA_940x627

Fragmentation de l'ADN

Fragmentation de L’ADN

La fragmentation de l’ADN spermatique fait partie des causes d’infertilité chez les hommes. Elle consiste en des cassures ou des lésions dans le matériel génétique des spermatozoïdes, un problème qui est susceptible de réduire les probabilités de grossesse même dans les cas où les autres paramètres d’analyse de l’échantillon de sperme offrent un résultat satisfaisant.

Le test de fragmentation de l’ADN évalue donc l’intégrité de l’ADN des spermatozoïdes contenu dans la tête de ceux-ci, qui constitue leur capital génétique. 

L’examen est fait à partir d’un échantillon de sperme obtenu après une période d’abstinence de 3 jours (l’examen doit être fait au niveau du centre de PMA).

Si le patient souffre d’une fièvre ou suit un traitement antibiotique au cours de la semaine qui précède l’examen, il doit en informer l’équipe médicale avant le jour du rendez-vous et reporter l’examen afin d’éviter une mauvaise interprétation des résultats.

OVARIAN-TISSUE-CRYOPRESERVATION

Préservation de la fertilité

Préservation de la fertilité

Diverses techniques sont actuellement disponibles pour permettre aux femmes d’avoir des enfants après un traitement potentiellement gonadotoxique, telles que certaines chimiothérapies, il est donc essentiel que toutes les patientes qui le souhaitent soient adressées à un spécialiste en médecine de la reproduction afin de discuter les options de préservation de leur fertilité avant leur traitement.

Actuellement, la stimulation ovarienne avec cryoconservation d’ovocytes ou d’embryons représente la technique de choix.

Elle consiste en 3 étapes :

La stimulation ovarienne qui permet l’augmentation de la croissance des follicules ovariens (cette étape est étroitement surveillée par nos gynécologues) ;

Ensuite viens la ponction ovocytaire qui se fait en ambulatoire sous sédation,

La dernière étape est la vitrification puis le stockage des gamètes ou des embryons dans des paillettes taguées par un code barre spécifiques à chaque couple.

 

Ces embryons congelés pourront être subséquemment utilisés pour un transfert d’embryon congelé (TEC), dans un cycle ovulatoire naturel ou stimulé.